mardi, octobre 17, 2006

Dossier de Presse:

Communiqué de presse

Paris, le 16 octobre 2006

« Israël : politique de la force ou force de la politique ? »

Au regard de la dernière offensive israélienne au Liban, le Collectif de Citoyens libanais et Amis du Liban* organise, ce soir, sa première rencontre-débat autour du thème « Israël : politique de la force ou force de la politique ? ».

Seront réunis à l’occasion de cette rencontre :
Sylvain Cypel, journaliste au Monde
Michel Eddé, Président de la Ligue Maronite, Président de L'Orient - Le Jour (quotidien francophone libanais) et ancien Ministre libanais
Hind Khoury, Déléguée Générale de Palestine en France
Barah Mikaïl, chercheur à l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques)

Le débat sera animé par Dominique Vidal, historien et journaliste au Monde Diplomatique.

A travers un débat ouvert, les intervenants tenteront d’apporter une ébauche de réponse à 2 questions de fond, notamment :
§ Quelles sont les perspectives de sortie de la logique militaire et les conditions nécessaires pour amener Israël vers un règlement politique juste et durable des conflits ?
§ Quel avenir se dessine dans la région dans les années à venir et quelle forme de coexistence et d’entente pourrait-on y espérer ?
Prévu à cette rencontre, Azmi Bishara, Député israélien à la Knesset, a dû annuler son déplacement à Paris et sa participation au débat en raison d’un empêchement majeur de dernière minute


* Né pendant la dernière guerre infligée au Liban le 12 juillet dernier, le Collectif de Citoyens libanais et Amis du Liban, s’est d’abord illustré par des rassemblements pacifiques et fédérateurs à Paris, réunissant des Libanais de tous bords. Il s’est, depuis, constitué en Association Loi 1901, avec pour objectif de défendre et de promouvoir le Liban au-delà des communautés et des partis politiques.



« Israël : politique de la force ou force de la politique ? »


NOTICES BIOGRAPHIQUES DES INTERVENANTS

Sylvain CYPEL

Journaliste au monde, Sylvain Cypel a effectué de nombreux reportages sur le conflit israélo-palestinien. Il est l’auteur de l’ouvrage « Les emmurés : la société israélienne dans l’impasse » (Editions La Découverte, 2005).


Michel Eddé

Avocat inscrit au Barreau de Beyrouth depuis 1948, Michel Eddé a été à différentes reprises ministre libanais :
En 1966 Ministre des Télécommunications, Ministre de l’Information
En 1980, Ministre de l’information
En 1992, Ministre de la Culture et de l’Enseignement supérieur
En 1995, Ministre de la Culture et de l’Enseignement supérieur
En 1996, Ministre d’Etat chargé des PME
Il est aujourd’hui, Président de la Ligue maronite au Liban, Président de la Fondation maronite dans le monde, Président des Restaurants du Cœur au Liban, Président du quotidien francophone libanais L’Orient - Le Jour, Vice Président de la Fondation du Patrimoine libanais, Vice-Président de la Fondation El-Qods



Hind KHOURY

Déléguée générale de Palestine en France depuis avril 2006, Hind Khoury a, notamment, été :
Ministre d’Etat chargé du Dossier de Jérusalem auprès de l’Autorité Nationale Palestinienne (mars 2005 - mars 2006)
Conseillère de programme à NORAD, Bureau de Représentation Norvégien auprès de l’Autorité Nationale Palestinienne Sep. 2002- fév. 2005
Consultante auprès du projet financé par l’Union Européenne Multi Sector Review of East Jerusalem : études des besoins au développement et recommandations pour les secteurs économiques et financiers de Jérusalem
Consultante à EMED Delta Project, cofinancé par le Centre de Protection culturelle de Bethléhem et le Ministère de la Culture (2001-2002).

Barah MIKAÏL

Barah Mikaïl est chercheur sur le Moyen-Orient et la géopolitique de l’eau à l’Institut de Relations internationales et Stratégiques (IRIS). Il enseigne également la géopolitique et l’économie à l’université Paris-VIII. Il vient de publier La politique américaine au Moyen-Orient (Dalloz, 2006).
Il est également l’auteur de nombreux articles, dont :
Le bâton sans la carotte : une nouvelle politique américaine au Moyen-Orient ?, Revue internationale et stratégique, n° 59, IRIS/Dalloz
L’intégrisme juif et la colonisation dans les Territoires palestiniens occupés, Revue internationale et stratégique, n° 57, IRIS/Dalloz
Du Wait and see à l’anticipation rhétorique : la redéfinition forcée de la stratégie politique syrienne, Revue internationale et stratégique, n° 51, IRIS/Dalloz

Dominique Vidal

Journaliste et historien, Dominique Vidal est spécialiste du Proche Orient. Depuis 1995, il fait parti de la rédaction permanente du Monde Diplomatique et coordonne ses éditions étrangères.
Parmi ses publications :
L'0pinion, ça se travaille: les médias & les guerres justes: Kosovo, Afghanistan, Irak
(Agone, avec Serge Halimi et Henri Maler) Les Banlieues, le Proche-Orient et nous
(L'Atelier, avec Leila Shahid, Michel Warschawski et Isabelle Avran) Les 100 clés du Proche-Orient
(Hachette, avec Alain Gresh) Le Mal-être arabe. Enfants de la colonisation(Agone, avec Karim Bourtel) Le Mal-être juif
(Agone)

« Israël : politique de la force ou force de la politique ? »



INTERVENTIONS : QUELQUES ELEMENTS


Sylvain CYPEL, journaliste au Monde
- Pourquoi Israël a fait la guerre, sans aucunement chercher à négocier, et pourquoi de cette façon (l'impact de l'intifada et de la guerre en Irak dans l'évolution de l'armée et le regard politique porté sur l'environnement).
- Pourquoi Israël a échoué: ses ambitions - "rétablir notre capacité de dissuasion", "éradiquer le Hezbollah", "modifier la carte politique du Liban" - étaient irréalistes. Cet irréalisme provenait de l'évolution de sa pensée politique (l'idée de l'"unilatéralisme") et du nouveau rapport à l'environnement.
- Pourquoi il y a très peu de bilan en Israël aujourd'hui de l'échec de la politique de la force, et comment un bilan existe dans les soubassements de la société civile, plus important qu'il n'apparaît publiquement.
Michel Eddé, Président de la Ligue maronite, ancien ministre libanais
- La violence et la force sont à la base de la politique israélienne depuis 1948 : expulsions, massacres, occupations, agressions.
- Toutes les tentatives de paix israélo-arabes ont échoué, car rejetées par Israël malgré l’acceptation des pays arabes, y compris la Syrie, du principe de la paix contre la terre, la résolution 242 et la reconnaissance d’Israël.
- Les raisons de cet échec sont liés à la crainte et à la peur omniprésentes en Israël, notamment concernant l’équilibre démographique entre Juifs et Arabes. Mais aussi dans la militarisation de la société israélienne (éducation, service militaire, entrainements obligatoires de 15 à 49 ans)
- Les Américains juifs, les Européens juifs ont un rôle moteur dans la recherche de perspectives de sortie de la logique de guerre. Eux seuls peuvent amener Israël vers une solution juste et globale de ses différends avec ses voisins.





Hind KHOURY, Déléguée générale de Palestine en France

Lundi 16 octobre, Hind Khoury, Déléguée générale de la Palestine en France, s’exprimera sur le sujet suivant : « Israël : force de la politique ou politique de la force ?». Cette rencontre, organisée par le Collectif de Citoyens libanais et Amis du Liban, aura lieu au centre des Cordeliers, rue de l’Ecole de Médecine, à 19h30.
Cette intervention a pour dessein d’établir un parallèle entre l’intervention militaire israélienne au Liban cet été, et la politique agressive que cette même armée continue de mener dans les Territoires. Hind Khoury dénoncera la politique israélienne comme « une logique martiale qui ne repose que sur sa force militaire ». La Déléguée générale insistera sur le non sens des agissements unilatéraux des Israéliens dont les agressions meurtrissent au quotidien le peuple palestinien et scandalisent la Communauté internationale. Après des décennies de politiques militaires aveugles, les Israéliens n’ont rien obtenu et pourtant continuent dans le même sens.
Madame Khoury réclame une intervention militaire internationale afin de préserver l’intégrité de son peuple, mais également de donner une chance au Président Abou Mazen qui n’a pour seul souci que l’unité nationale et les discussion bilatérales en vue de créer des conditions de paix dans la région.


Barah Mikaïl, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

Faut-il lire dans les douloureux événements de l’été 2006 une nouvelle tentative d’instauration d’une pax americana régionale ? Israël, le Hezbollah, mais aussi le gouvernement libanais ont en tous cas semblé être, le long de cette période, en symbiose avec des acteurs et/ou des intérêts qui dépassaient de loin un cadre exclusivement national. D’où la nécessité d’opérer une forme d’état des lieux de la scène proche-orientale contemporaine, à la lumière de trois questions-clé, à savoir :
- Cette guerre libano-israélienne était-elle une fatalité ?
- Est-il juste d’y déceler un bras de fer indirect entre les Etats-Unis et l’Iran ?
- Quant à une paix israélo-arabe durable, est-elle encore possible ? Et si oui, à quelles conditions ?




Soutenir le Liban à Paris
Art & Culture

Cliquez Absolument!
http://vivatliban.free.fr/