jeudi, août 10, 2006

Bastille: Extrait de la Lettre des ONG

Beyrouth, le 2 août 2006



A l’attention des pays membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Objet
Lettre du Comité des Organisations de la société civile libanaise « Pour la liberté et la vie »



Nous, Comité des Organisations de la société civile libanaise, vous écrivons cette lettre à l’occasion de la prochaine réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies concernant la guerre israélienne au Liban depuis le 12 juillet 2006 ; et nous espérons que vous transmettrez ce message à vos gouvernements ainsi qu’aux représentants du Conseil de Sécurité.

Israël détruit le Liban et sa viabilité économique que le pays s’est efforcé de reconstruire durant les 16 dernières années. A ce jour, le nombre de victimes civiles libanaises touchées par la guerre d’Israël sur le Liban s’élève à
- 828 martyrs : 45% d’entre eux sont des enfants,
- 3300 blessés,
- et plus de 25% de la population a été déplacée.
Une des fonctions premières du Conseil de Sécurité des Nations Unies est de « Maintenir la paix et la sécurité » (Article 1 de la charte des NU), un objectif pouvant être atteint par la décision d’un Cessez-le-feu inconditionnel au Liban.

Nous, en tant que Comité des Organisations de la société civile, pensons que l’échec du Conseil de Sécurité, à prendre une décision pour un cessez le feu, dès les premiers jours de l’agression israélienne a conduit aux massacres israéliens sur le Liban ; dont le massacre de Cana qui n’est pas le premier et ne sera pas le dernier, si vous, pays membres du Conseil de Sécurité, ne faites pas face à vos obligations et à vos responsabilités.


En conséquence, tout délai de votre part dans la prise de décision immédiate d’un cessez le feu inconditionnel contredit les principes mêmes des Nations Unies pour le maintien de la paix dans le monde. En visant des enfants et des civils au Liban, Israël viole les Conventions de Genève et les lois humanitaires internationales qui protègent les civils en temps de guerre.

Si le Conseil de Sécurité, la plus haute instance internationale, est incapable de mettre fin à l’agression israélienne sur les civils et les infrastructures du Liban, qui le pourra ?

Le Comité des Organisations de la société civile libanaise insiste sur le fait que les décisions relevant des affaires internes et de la souveraineté du Liban doivent être laissées aux mains du gouvernement libanais. Et nous pensons que le Conseil de Sécurité des Nations Unies ne doit en aucun cas adopter les conditions que l’Etat d’Israël ne cesse d’imposer par son agression sur le Liban.
Nous, Comité des Organisations de la société civile libanaise « Pour la liberté et la vie », nous considérons comme faisant partie intégrante de la résistance libanaise contre la guerre israélo-américaine sur le Liban ; et vous demandons d’adopter sans délai les décisions suivantes :

1- Mettre fin à la guerre israélienne sur le Liban et voter un cessez le feu immédiat et inconditionnel.
2- Condamner les agressions israéliennes soutenues par les Etats-Unis sur le Liban.
3- Faire pression afin de mener des enquêtes et obliger l’Etat d’Israël à verser des compensations pour les dommages causés au Liban depuis le 12 juillet 2006
4- Développer un fond global à la reconstruction de ce qui a été détruit par la machine de guerre israélienne.

Nous espérons que le Conseil entendra l’appel de la société civile libanaise et que cette déclaration sera une partie essentielle de vos négociations.


Respectueusement,



Le Comité des Organisations de la société civile libanaise « Pour la liberté et la vie »