mercredi, juillet 26, 2006

Champs de Mars:Discours

Le Liban subit aujourd’hui une agression d’une violence sans précédent,
dont la conséquence est une catastrophe humanitaire et,
demain,
la certitude d’une grave crise économique et sociale.

A l’heure où certains clament que toute nation a le droit de se défendre,
le Liban,
même à genoux,
refuse cet engrenage irresponsable.
L’armée libanaise, continuellement visée par les bombardiers Israéliens, a reçu comme consigne de ne pas répliquer.

Que personne ne s’y trompe.
Il ne s’agit pas d’une action d’autodéfense de la part d’Israël.
Il s’agit d’une intervention planifiée qui déstabilise le déroulement de la vie démocratique d’un pays,
mon Liban.

Il est du devoir de tout Libanais,
quelles que soient ses origines politiques et communautaires,
de se concentrer sur les valeurs humaines et démocratiques qui nous unissent, pour renforcer notre message et notre action.

Il est du devoir de tout citoyen du monde,
dans le respect de l’histoire et du progrès,
de rejeter la logique de force
consistant à ignorer le droit des peuples de décider de leurs sorts.

Les peuples du monde libre,
doivent user de toutes les pressions possibles et mener tous les combats nécessaires
pour défendre les acquis démocratiques des générations précédentes,
seules garanties de paix et de stabilité.

Le Liban se meurt. Sous le feu d’une des armées les plus puissantes du monde.
Le Liban se meurt. Sous les discours des diplomates internationaux.
Le Liban se meurt. Sous la chape de plomb du mutisme général.

Les composantes de la société civile libanaise,
réunies sous l’égide d’une quarantaine d’ONG, se rassemblent régulièrement sous les bombes à Beyrouth, pour dénoncer l’agression du Liban et le silence qui l’entoure.

Nous espérons en être l’écho, ici, à Paris, pour faire parvenir ce cri du cœur !

Nous, Libanais du monde et amis du Liban,
lançons un appel à tous les citoyens du monde,
et particulièrement au peuple français, pour aboutir à:
· l'arrêt immédiat de l'anéantissement du Liban, avant toute négociation :
nous nous révoltons contre la destruction systématique du pays et le malheur de ses habitants, en particulier dans le Sud.
· Le respect de toutes les conventions et résolutions internationales concernant le Moyen-Orient. Sans exceptions. Car c’est ici que réside la clé de toute possibilité de paix juste et durable.
· 2 minutes de silence partout dans le monde en mémoire des victimes de cette agression.
· Des compensations financières imposées au gouvernement Israélien, pour la reconstruction du Liban.

Soutenez nous.
Il ne s’agit ni de politique, ni d’intérêt.
Nous voulons seulement,
simplement,
justement,
que le Liban vive.