jeudi, juillet 27, 2006

Champs de Mars:Communiqué de Presse

Communiqué

Paris le 26 juillet 2006

3 000 personnes réunies au
« Rassemblement pacifique pour un cessez-le-feu immédiat au Liban »


Organisé hier soir au Champ de Mars à Paris, le rassemblement pacifique appelant à un « cessez le feu immédiat au Liban» a mobilisé plus de 3 000 Libanais, Français et amis du Liban.

Initiée par un « Collectif de citoyens libanais et amis du Liban », réunis autour du slogan « Pour que le Liban vive », cette rencontre avait pour but de rassembler, pour la 1ère fois depuis le début de la crise, toute la communauté libanaise au delà des partis et des débats politiques. Les intervenants ont surtout insisté sur l’urgence d’un cessez-le-feu et l’arrêt de la destruction du Liban par le Gouvernement israélien. Les revendications ont notamment porté sur :

· « l'arrêt immédiat de l'anéantissement du Liban avant toute négociation,
· le respect de toutes les conventions et résolutions internationales concernant le Moyen-Orient,
· 1 minute de silence partout dans le monde en mémoire des victimes de cette guerre qui ne dit pas son nom,
· Des compensations financières imposées au Gouvernement israélien, pour la reconstruction du Liban. »

Les Libanais présents au rassemblement étaient issus de la communauté libanaise et franco-libanaise résidant à Paris et en province. Les antennes des partis politiques libanais en France se sont également ralliés à cette rencontre pour parler d’une seule voix au nom de la société civile libanaise.

L’événement a été marqué par la présence de Mme Dominique Voynet, Sénateur de la Seine-Saint-Denis (Ile de France) et candidate du parti des Verts à la présidentielle, et Mme Péri Cochin, animatrice et productrice pour la télévision, d’origine libanaise.

De nombreux médias et journalistes ont couvert le rassemblement, parmi eux France 2, Arte, France 5, RMC Info.

Champs de Mars:Les textes du rassemblement

Introduction
Statistiques
Discours
Lettre des ONG
Mot de Madame Peri Cochin
Appel aux dons
Mot de la fin

Champs de Mars:Mot de Madame Peri Cochin

Le Liban ne peut pas être une fois de plus un champ de bataille.

Ce pays a trop connu la guerre.

Les libanais de toutes les confessions ont reconstruit le Liban durant les 15 dernières années.

15 ans de reconstructions anéantis par 15 jours de bombardements !

Nous tous ici demandons un cessez le feu pour que le nombre de morts n’augmente pas !

L’addition est déjà trop lourde.

Alors les hommes de notre monde…. Les puissants, les décisionnaires doivent prendre les mesures immédiates pour arrêter les combats.

Au-delà de toutes les confessions et les croyances religieuses, au-delà de toutes les appartenances politiques, la vie d’hommes, de femmes et d’enfants est en jeu.

Les infrastructures du pays sont brisées,
le Patrimoine menacé,
le cœur des libanais est en sang !

Je suis française, je suis libanaise, j’aime ce pays qui est une partie de moi-même.

Nos voix doivent être entendues !

ARRETEZ !!!


Péri COCHIN

mercredi, juillet 26, 2006

Champs de Mars: Pour que le Liban vive

Pour que le Liban vive.

Un slogan que quelqu’un a sorti dans la pile d’idées qui nous passaient par la tête pour agir face à l’urgence de la situation.

Nous sommes un groupe de 5 personnes, soutenu par un réseau d’amis libanais et français.
Nous avons voulu nous rassembler, au-delà des partis et des débats politiques, pour dire 3 mots :

Cessez le feu

Nous avons voulu agir, et essayer de faire passer le message le plus crucial devant l’ampleur de la tragédie:

Cessez le feu immédiatement !


Voici quelques éléments, bruts, qui représentent des existences détruites.

Champs de Mars:Discours

Le Liban subit aujourd’hui une agression d’une violence sans précédent,
dont la conséquence est une catastrophe humanitaire et,
demain,
la certitude d’une grave crise économique et sociale.

A l’heure où certains clament que toute nation a le droit de se défendre,
le Liban,
même à genoux,
refuse cet engrenage irresponsable.
L’armée libanaise, continuellement visée par les bombardiers Israéliens, a reçu comme consigne de ne pas répliquer.

Que personne ne s’y trompe.
Il ne s’agit pas d’une action d’autodéfense de la part d’Israël.
Il s’agit d’une intervention planifiée qui déstabilise le déroulement de la vie démocratique d’un pays,
mon Liban.

Il est du devoir de tout Libanais,
quelles que soient ses origines politiques et communautaires,
de se concentrer sur les valeurs humaines et démocratiques qui nous unissent, pour renforcer notre message et notre action.

Il est du devoir de tout citoyen du monde,
dans le respect de l’histoire et du progrès,
de rejeter la logique de force
consistant à ignorer le droit des peuples de décider de leurs sorts.

Les peuples du monde libre,
doivent user de toutes les pressions possibles et mener tous les combats nécessaires
pour défendre les acquis démocratiques des générations précédentes,
seules garanties de paix et de stabilité.

Le Liban se meurt. Sous le feu d’une des armées les plus puissantes du monde.
Le Liban se meurt. Sous les discours des diplomates internationaux.
Le Liban se meurt. Sous la chape de plomb du mutisme général.

Les composantes de la société civile libanaise,
réunies sous l’égide d’une quarantaine d’ONG, se rassemblent régulièrement sous les bombes à Beyrouth, pour dénoncer l’agression du Liban et le silence qui l’entoure.

Nous espérons en être l’écho, ici, à Paris, pour faire parvenir ce cri du cœur !

Nous, Libanais du monde et amis du Liban,
lançons un appel à tous les citoyens du monde,
et particulièrement au peuple français, pour aboutir à:
· l'arrêt immédiat de l'anéantissement du Liban, avant toute négociation :
nous nous révoltons contre la destruction systématique du pays et le malheur de ses habitants, en particulier dans le Sud.
· Le respect de toutes les conventions et résolutions internationales concernant le Moyen-Orient. Sans exceptions. Car c’est ici que réside la clé de toute possibilité de paix juste et durable.
· 2 minutes de silence partout dans le monde en mémoire des victimes de cette agression.
· Des compensations financières imposées au gouvernement Israélien, pour la reconstruction du Liban.

Soutenez nous.
Il ne s’agit ni de politique, ni d’intérêt.
Nous voulons seulement,
simplement,
justement,
que le Liban vive.

Champs de Mars: Les statistiques

2 semaines de guerre

- 400 morts, parmi eux, 46% d’enfants
- 1600 blessés
- 750 000 réfugiés, dont plus de 100 000 dans les écoles et les jardins publics
- Layal Nagib, 23 ans, tuée en exerçant son métier de journaliste
- Utilisation de bombes à fragmentation, selon l’ONG Human Rights Watch, sur la population civile de Blida dans le sud du Liban.

Un blocus aérien, maritime et terrestre

- 4500 sorties aériennes
- bombardements de l’aéroport international de Beyrouth,
- bombardement de l’aéroport de Riyak
- bombardement de l’aéroport de Kley3at
- bombardements des ports de Beyrouth, Jounieh, Tripoli …
- bombardement de la route Beyrouth-Damas
- destruction de tous les ponts
- destruction des routes
- bombardement des réservoirs de fuel.
- destruction de l’usine « Liban LAIT »
- bombardement de la centrale électrique de Jiyyé et des antennes de télécommunications : réseau de téléphonie mobile, des chaines de télé : LBC, Manar, …

En deux semaines, 15 années d’efforts de reconstruction anéantis.

Champs de Mars: Lettre des ONG

Lettre de 40 ONG humanitaires libanaises à Monsieur Kofi Annan, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

Beyrouth – le 20 Juillet 2006

Votre Excellence le Secrétaire général,
Monsieur Kofi Annan

Pour le neuvième jour, Israël, membre des nations unies, poursuit ses attaques sur le Liban.

Il utilise une politique de punition collective en bombardant les civils, détruisant l’infrastructure du Liban ainsi que les propriétés publiques et privées,
en installant un siège terrestre, aérien et maritime sur le Liban.

Israël commet également des massacres collectifs comme celui de Marwaheen qui s’est déroulé après le refus de la FINUL d’abriter les réfugiés.

Ponts et jonctions à travers le territoire libanais ont été détruits, créant ainsi une congestion à cause de l’incessante migration des familles déplacées.

Cette situation a abouti à une crise humanitaire complexe et à des graves problèmes de santé.

A ce jour, le 20 juillet, les victimes de ces attaques sont civiles : 300 morts et un millier de blessés.
Plus de 500.000 personnes ont été forcées de quitter leur maison dans des conditions tragiques.
Israël viole les conventions internationales et la Déclaration Universelle des droits de l’homme avec ces attaques.

Votre Excellence le Secrétaire Général,
votre position aux Nations Unies vous fait, durant votre mandat, garant des règles du droit international.

A la lumière de la déclaration des Nations Unies,
nous vous appelons à répondre à la demande du gouvernement libanais pour un cessez-le-feu immédiat en faveur des civils innocents,
et de sauver ce qui reste de vie,
de terre et de pierre,
dans notre pays,
le Liban.

Champs de Mars:Conclusion - Appel aux dons

Chers amis, libanais, français et amis du Liban

La semaine dernière Mr. Bolton (l’ambassadeur des Etats-Unis aux Nations Unies) déclarait que ce « serait une erreur d’établir une équivalence morale » entre les victimes civiles israéliennes et libanaises.
Vous répondre M. Bolton ne serait que vous donner un semblant de crédibilité.

Aux dires de votre président,« toute nation a le droit de se défendre »……
Alors, oui, le Liban se défendra
Il résistera
face à cette agression sauvage, à ce massacre
afin de préserver notre droit de vivre,
le droit du Liban à vivre,
le droit de toute nation de vivre.

Nous sommes venus ici pour placer le monde entier face à ses responsabilités et pour braquer les feux sur les souffrances et les humiliations que subissent de la part d’israël des centaines de milliers de libanais…

Aujourd’hui, la majorité silencieuse a décidé ne plus se taire face au silence honteux de la communauté internationale.
Tout libanais, ami du Liban, ou ami des droits de l’homme doit se mobiliser pour cesser ce massacre.

Nous vous invitons à continuer une mobilisation permanente et à vous exprimer par tous les moyens : rassemblement, manifestations, sit-in, médias pour faire pression afin d’obtenir à un
CESSEZ-LE-FEU immédiat
car aucune négociation n’est possible sous les bombes .

Le Liban est désormais déclaré zone sinistrée, les dégâts sont de l’ordre de plusieurs milliards de dollars.
L’UNICEF lance un appel pour une aide urgente de 23 millions de dollars.
La croix rouge lance un appel urgent d’aide à destination de villages entiers au Sud Liban, non accessibles, où l’odeur de la mort rode et les blessés s’entassent.
Le monde est coupable de non assistance à personnes en danger.

N’hésitez pas à faire des dons aux différentes ONG (Croix rouge, higher relief council du gouvernement libanais, ou autres ) qui sont actives sur place, vous pouvez consulter notre site pour plus de détails : http://pourquelelibanvive.blogspot.com

Merci

Champs de Mars: Mot de la fin

Merci d’avoir répondu présent, encore une fois, pour dénoncer la violence et l’absurdité de la guerre infligée à notre pays.

Jour après jour nous avons voulu que ce rassemblement tombe à l’eau, qu’il soit annulé, parce que le cessez-le-feu l’aurait devancé.
Malheureusement, nous sommes ici. Devant l’indifférence des puissances mondiales, qui, au mieux, condamnent les agressions dont notre pays est victime, et, au pire, trouve des moyens pour les justifier.

Comment justifie-t-on le massacre d’enfants qui ne sont même pas en âge de marcher ?
Comment justifie-t-on le bombardement d’ambulances, de casernes de pompiers, d’usines de produits laitiers ?
Comment justifie-t-on la destruction de toute une infrastructure, la destruction d’un pays qui se bat tous les jours pour se relever de ses décombres et redevenir un modèle de démocratie, de liberté, de tolérance … de vie, tout simplement ?

Nous l’avons déjà dit, mais nous ne le disons pas assez.
Notre peuple se meurt.
Il n’a plus les moyens d’attendre les négociations.

L’heure n’est pas aux lamentations.
Nous ne pouvons pas laisser faire et devenir orphelins du Liban.
Nous ne pouvons qu’agir, nous révolter, frapper à toutes les portes pour que les gens se réveillent et réagissent.
Pour qu’ils nous aident à faire cesser cette folie meurtrière.

Nous ne nous tairons pas. Nous le devons au Liban, à nos familles, à nos amis.
Tant qu’il nous reste un souffle, nous continuerons de nous retrouver pour le dire :
Cessez le feu,
le Liban veut vivre
le Liban doit vivre

vendredi, juillet 21, 2006

Cessez le feu avant toute négociation !

Mardi 25 Juillet, Champ de Mars, Mur de La Paix, 19h30

Click droit sur l'image pour la charger sur votre ordinateur et la diffuser

Nous avons le soutien de:

- Monsieur Etienne Pinte
Député-Maire de Versailles
Président du Groupe d'amitié France-Liban à l'Assemblée nationale
- Monsieur Georges Corm
Economiste et écrivain libanais
- Monsieur Adrien Gouteyron
Sénateur de la Haute-Loire
Vice-Président du Sénat
Président du groupe France-Liban
- Madame Péri Cochin
Animatrice de télévision
- Madame Sylvie Berriau
Association Service Social Breton, Foyer de Jeunes Travailleuses
Paris 15


Les ONG suivantes:
- Lebanese Association for Democratic Election
- Nahwa el-Muwatinya
- Amam05
- Haya Bina
- Helem
- Spring Hints
- Lebanese Center for Civic Education
- Lebanese Association for Active Learning
- Youth Association for Blinds
- Organization of Arab Parliamentarians Against Corruption
- Lebanese Transparency Association
- Arab NGOs Network for Development
- Lebanese Forum for Development
- Lebanese Center for Policy Studies
- Mouvement Social
- Coordination Forum for the Palestinian Organization
- Byblos Ecologia
- Mirsad
- Frontiers
- Green Line Association
- Kafa
- Maharat
- Sawa Group
- Development for People and Nature Association
- Khiam Center for Rehabilitation of Torture Victims
- Lebanese Union for the Disabled
- National Association for Vocational Training and Social Services
- Cultural Center for Southern Lebanon
- Let’s Build Trust
- Humanitarian Group for Social Development
- MADA
- Samir Kassir Foundation
- GIL
- Lebanese Association for Professional Drivers
- Norwegian People’s Aid
- Fisherman’s COOP
- Environment Ray Organization
- Lebanese NGOs Network
- Green Square

Communiqué Annonce

Paris, le 21 juillet 2006

Liban : Cessez le feu !
Grand rassemblement pacifique à Paris
Mardi 25 juillet 2006, 19h30, Mur de la Paix, Champ de Mars


Le 21 Juillet dernier, une quarantaine d’ONG libanaises réunies sous l’égide de l’association « Rassemblement des organisations de la société civile pour la vie» se sont retrouvées face au bâtiment des Nations Unies, dans le centre-ville de Beyrouth, afin de manifester leur indignation à la communauté internationale. Loin des polémiques politiciennes, ils ont réclamé un arrêt immédiat des bombardements israéliens.

Nous, un groupe de Libanais et amis du Liban, prenons l’initiative, au delà de tous les partis politiques et de toutes les communautés, de lancer un appel dont l’unique mot d’ordre est: Cessez le Feu !

Nous organisons un rassemblement pacifique ce mardi 25 Juillet, à 19h30, au Mur de la Paix, sur le Champ de Mars en appelant les 150 000 libanais vivant à Paris et tous les Parisiens à venir manifester.

A ce jour, nous comptons : 500 000 réfugiés, plus de 300 morts et un millier de blessés. Israël s’acharne sur tout un pays, toute la population est prise en otage, en violation de toutes les conventions internationales.
Le Liban brûle. Depuis 10 jours, les Libanais assistent à une destruction progressive de toutes les infrastructures (routes, ponts, centrales électriques, aéroports et ports civils…) et institutions de la république libanaise (armée, défense civiles, croix rouge…).


A l’heure où certains clament que toute nation a le droit de se défendre, le Liban, même à genoux refuse cet engrenage irresponsable. L’armée libanaise, continuellement bombardée, a reçu comme consigne de ne pas répliquer. Devant ce message de Paix, Israël poursuit son entreprise de destruction au Liban.

Face à une situation humanitaire déjà catastrophique, nous demandons l’arrêt de la violence et exigeons un cessez le feu immédiat, avant toute négociation et avant toute discussion du conflit israélo-libanais. La poursuite de ces discussions, à ce stade, cristallise toutes les tensions de la région sur le sol Libanais et fait porter au Liban un fardeau qui dépasse ses capacités.

Nous lançons un appel à la communauté internationale et particulièrement au peuple français pour qu’il fasse pression sur ses représentants politiques afin de valider les acquis démocratiques et d’exiger le respect des conventions et droits internationales.

Ce rassemblement est un cri, un appel pour la défense de la République et de la Nation Libanaise, message et symbole de pluralité et de diversité. Votre mobilisation peut la sauver.

La majorité silencieuse.

Nous écrire : pourquelelibanvive@hotmail.com